ABOUT

© JEFF HUMBERT

Anouck Genthon is violinist, improviser and ethnomusicologist. Her work delves deeply into her own improvised language through the experience of sound and the process of listening. Playing in various contexts at the crossroads of improvised, experimental, contemporary, traditional and electro-acoustic music, she is active in differents projects in Switzerland and France and regularly performs in Europe and abroad with Jacques Demierre, Mathias Forge, Pascal Battus, Marina Tantanozi, tangent + mek trio, TANDEM trio, String Quartet LGBS, Insub Meta Orchestra, Le Un Ensemble, Chuchchepati Orchestra or in solo (aẓǝl).

Enriched by her double stance as musician and researcher (UdM Montréal / EHESS Paris), she likes transversal forms of research which can be connected to the sound poetry and eqaully to the theatre and dance (The languages came first. The country after, Cie Troisième Rêve Théâtre, Les Batteries du Néron, Cie Nue, Following the line w/Florence Freitag). She is conducting a sound work based on her ethnomusicological work on tuareg music in Niger. Whether in contact with sound poetry (w/Jacques Demierre) or in solo (aẓǝl), she explores the fruit of a long process of research and impregnation by developing in her own playing some of the anzad musical processes (tuareg one-stringed fiddle). She participates in the project « Ballo delle Ingrate+ » directed by Christoph Schiller, and she had the opportunity to take part in the creations of Grand Chahut Collectif (Grand Chahut Ensemble, Titine Orchestra, Chahutonnerie), Grand Fou Band, Maât Ensemble, L’Ours Blanc & @ppt (Laborintus X) and Ensemble Vide (In C Lounge). She is part of @ptt in Geneva – a place dedicated to the presentation and promotion of acoustic art in the fields of music, language and visual arts – as well as Sonorama in Lausanne, which aims to promote sound in the arts and sound studies.

She is the author of ‘Tuareg Music. From political symbolism to aesthetic singularization’  (L’Harmattan, 2012) on the singuarization process of Tuareg contemporary Ishumar music in Niger. She has subsequently been invited to present her work on radio broadcasts Imidiwan (Radio Dzaïr Sahara), Sur Ecoute (France Culture), PM (Radio-Canada Première), La Quadrature du Cercle (Radio Méga), publications for magazines, newspaper, labels (Mondomix, Libération, Reaktion) and she regularly gives lectures on her work in symposium (3e Rencontre Internationale de l’Imzad, Tamanghasset) and for librairies (La Cité, Genève ; Médiathèque La Passerelle, Bourg Les Valence ; Médiathèque Michel Crépeau, La Rochelle).



Anouck Genthon est violoniste improvisatrice et ethnomusicologue. Elle ancre son travail dans l’élaboration de son propre language improvisé à travers l’expérience du son et de l’écoute. Jouant dans des contextes variés à la croisée des musiques improvisée, expérimentale, contemporaine, traditionnelle et électro-acoustique, elle est active dans différents projets en Suisse et en France et joue régulièrement en Europe et à l’international avec Jacques Demierre, Mathias Forge, Pascal Battus, Marina Tantanozi, tangent + mek trio, TANDEM trio, String Quartet LGBS, Insub Meta Orchestra, Le Un Ensemble, Chuchchepati Orchestra ou en solo (aẓǝl).

Enrichie par sa double posture de musicienne et chercheure (UdM Montréal / EHESS Paris) elle aime à s’engager dans des formes de recherche transversales telles la poésie sonore, le théâtre et la danse (The languages came first. The country after., Cie Troisième Rêve Théâtre, Les Batteries du Néron, Cie Nue, Suivre la ligne w/Florence Freitag). Elle mène un travail sonore issu de son travail ethnomusicologique sur la musique touarègue au Niger. Que se soit au contact de la poésie sonore (w/Jacques Demierre) ou en solo (aẓǝl), elle explore le fruit d’un long processus de recherche et d’imprégnation en développant dans son propre jeu certains des procédés musicaux inhérents à celui de l’anzad (vièle monocorde touarègue). Elle participe au projet ‘ballo delle Ingrate+’ dirigé par Christoph Schiller, et a eu l’occasion de prendre part aux créations du Grand Chahut Collectif (Grand Chahut Ensemble, Titine Orchestra, Chahutonnerie), du Grand Fou Band, de l’Ensemble Maât, de L’Ours Blanc & @ppt (Laborintus X) et de l’ Ensemble Vide (In C Lounge). Elle fait partie de @ptt à Genève – lieu dédié à la présentation et à la promotion de l’art acoustique dans les domaines de la musique, du langage et des arts visuels – ainsi que de Sonorama à Lausanne qui tend à promouvoir le son dans les arts et les sound studies.

Elle est l’auteure de l’ouvrage ‘Musique touarègue. Du symbolisme politique à une singularisation esthétique’ (L’Harmattan, 2012) portant sur le processus de singularisation de la musique contemporaine touarègue ishumar au Niger. Elle fut invitée à des entrevues radio pour les émissions Imidiwan (Radio Dzaïr Sahara), Sur Ecoute (France Culture), PM (Radio-Canada Première), La quadrature du cercle (Radio Méga), à des publications pour Mondomix, Libération, Reaktion et donne régulièrement des conférences sur son travail (Colloque 3e Rencontre Internationale de l’Imzad, Tamanghasset ; La Cité, Genève ; Médiathèque La Passerelle, Bourg Les Valence ; Médiathèque Michel Crépeau, La Rochelle).